Vos contes

Les contes sont classés par ordre alphabétique des prénoms des auteurs.

NOUVEAUX CONTES :


La fée, conté par Louise, 11 ans.
La princesse qui mangeait du charbon, conté par Marielle, 12 ans.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
La tristesse du petit ours Victor, conté par Alissa, 8 ans
La fourmi, conté par Caroline, 14 ans. .
Le cyprès de la princesse Aurore, conté par Clara, 8 ans.
Les bisous, conté par Coralie
La découverte extraordinaire de Samuel, conté par Cynthia et Mélissa, 12 ans.
La hâche d'or de l'ogre Ergo, conté par David, 11 ans
Le roi Patapouf et le roi Arthur, conté par Dean et Wayne, 11 et 12 ans.
La fée et la baguette, conté par Emilie, 8 ans.
L'histoire du vieux monsieur, contée par Etienne, 11 ans.
La coccinelle à trois points, conté par Esther, 6 ans.

Chinise le chinois,
conté par Félix et Mélodie, 8 et 10 ans.
Mimi la souris,
conté par Geneviève, 13 ans.
L'ogre qui a peur des enfants
, conté par Jérémy, 6 ans.
La petite souris distraite, conté par Joanie, 11 ans.
La princesse qui voulait être le vent,
conté par Johany, 11 ans
Pauvre Clémentine
, conté par Joséfine, 11 ans.
Julia et le roi des pois, conté par Julien, 7 ans. (conte à poursuivre)
Minamoto, le samouraï, conté par Julien, 8 ans
Le canard mal pris, conté par Karine, 9 ans.
Le fantôme, conté par Kim, 11 ans.
Trois ours et chachacha, conté par Lydia, 8 ans
Le lutin du grand magasin, conté par Maria et Maelliz, 9 ans. .
La princesse aux fleurs, conte par Marie, 7 ans
La malédiction du dragon, conté par Maxime, 6 ans .
L'avion miraculeux, conté par Myriam, 9 ans.
Les deux tétards et le rayon de lune, conté par Noémie, 10 ans

Le grain de riz, conté par Périne
La petite fille et la licorne, conté par Rapha, 5 ans.
Elmo et la rose, conté par Steven, 5 ans.
Le souhait , conté par Tendresse, 8 ans.

La tristesse du petit ours Victor
Dans une petite ville au fond d'une sombre forêt, un petit ours vivait avec sa famille. Il avait cinq ans et sa soeur avait dix ans. Sa soeur de dix ans s'appelait Camélia. Elle l'aimait beaucoup. Un jour, les parents du petit ours Victor décidèrent de déménager dans la ville. Camélia et Victor étaient tristes de déménager. Ils ne voulaient pas perdre leurs amis et leur école. Un jour qu'ils pleuraient beaucoup, leur parents entrèrent dans leur chambre. Leurs parents ont dit qu'ils garderaient la même école mais qu'ils iraient vivre dans une nouvelle maison. Camélia et Victor étaient soulagés car ils ne perdaient pas leurs amis. Ils se sont précipités dès le lendemain matin pour préparer les boîtes !"
Alissa, 8 ans de Cap de la Madeleine.

La fourmi
Une fourmi apparaît un jour dans le grand désert des lampadaires. Venue de nulle part, tous les lampadaires se demandent d'où elle vient. Il fait chaud, la fourmi se déssèche. Elle doit boire pour survivre. Les lampadaires, qui vont tous s'électrocuter s'ils entrent en contact avec de l'eau ne peuvent rien faire pour elle. Et la pauvre fourmi meurt dans le grand désert des lampadaires, assoifée...
Caroline, 14 ans de Québec.

Le cyprès de la princesse Aurore
Il était une fois une princesse qui avait un cyprès qu'elle ne quittait jamais. Une sorcière, qui avait vu le magnifique cyprès, lui jeta un sort. Quand les gens passaient, il les transformait en crapaud.
La sorcière,toute heureuse de son tour, dit :
" - Bien fait pour eux ! Ces incapables, ces imbéciles, n'ont pas vu qu'il y avait un sort et ils s'y sont pris.
Cependant, la princesse revenait vers son cyprès et elle fut transformée en crapaud.
Le roi ne voyant pas sa fille revenir pour le dîner envoya ses gardes pour la retrouver et promit un sac d'or au prince qui lui ramènerait Aurore.
Un prince la retrouva et l'embrassa. Elle se transforma et il gagna un sac d'or.
Clara, 8 ans de Boujan.

Les bisous
C'est l'histoire d'un petit garçon malade. Il était triste et ne souriait jamais, alors ses parents décidèrent de l'emmener en vacances dans le sud mais cela n'y changeait rien. Son papa décida d'aller voir un vieux monsieur qui savait guérir toutes les maladies les plus inimaginables. Le papa expliqua la maladie de son fils et le vieux monsieur lui répondit :
"- Mais votre fils est en manque de bisous.
- De bisous ?, répéta le papa.

- Et bien oui, répondit le monsieur, je vais vous donner une boîte à bisous et vous lui en déposerez tous les jours sur les joues.
Alors le papa, tout heureux, ramena la boîte et en mit sur les joues de son fils, avec sa femme.
Au fil des jours, l'enfant allait mieux.
Mais un jour, la boîte se renversa et tous les bisous s'envolèrent : les bisous humides, les gros bisous et les petits bisous.
Les parents étaient malheureux car l'enfant recommença à être malade. Ils cherchaient un moyen de le guérir quand ils se regardèrent tout à coup : ils pouvaient eux-mêmes lui faire des bisous. Ils ne savaient pas pourquoi ils n'y avaient pas pensés. Ainsi, leur fils ne fut plus jamais malade et ils devinrent une famille couverte de bisous et calinous.
Coralie de Etrechy

La découverte extraordinaire de Samuel
Il était une fois un graçon qui s'appelait Samuel et qui était un maniaque de l'informatique. Il avait fini l'école à 15 ans car il était très intelligent. Son rêve : être recherchiste.
Samuel a maintenant 15 ans et demi. Il étudie les écritures d'autres pays.
Grâce à sa connaissance des langues, Samuel fut choisi pour rechercher des objets appartenant à ses ancêtres.
Un jour, il trouva un morceau de pierre avec des écritaux qui formaient un message que Samuel n'arrivait pas à traduire, même s'il avait étudié les écriures des autres pays.
Puisque Samuel avait un ordinateur portable, il chercha des informations mais il n'en trouva pas.
Il alla alors à la bibliothèque municipale pour louer des livres et les lire par la suite. Dans les livres, Samuel trouva des écritaux qui ressemblaient qui ressemblaient à ceux écrits sur le morceau de roche.
C'était de l'écriture vietnamienne.
Samuel d"cida d'aller au Vietnam.
Rendu là-bas, il s'informa au sujets des écritaux. Un vietnamine réussit à traduire le message en français.
Le message était celui-ci : " Il y aura un tremblement de terre qui pourra détruire le monde. C'est alors qu'une personne du nom de Samuel trouvera un clé magique qui, par ses pouvoirs, fera revenir l'harmonie dans tous les pays ".
En déjeunant, Samuel ouvrit la télévision. Il fut très étonné en entendant le météorologiste dire qu'il y aurait un tremblement de terre dans l'après-midi.
Le vietnamien dit à Samuel :
- Tu ferais mieux de partir tout de suite. D'après la légende, tu es le seul qui puisse trouver cette clé.
Samuel était d'accord et il partit sur le champs à la recherche de la clé. Trente minutes plus tard, il vit une grotte, il entra, c'était un cul-de-sac. Il vit un coffre. Il l'ouvrit et vit la clé. Il la prit dans ses mains et l'emmena avec lui.
rendu à la maison du vietnamien , il vit un trou dans le morceau de roche qui ressemblait à une serrure. Il entra la clé dans le trou. Alors ils virent par la fenêtre une aurore boréale. Samuel rentra chez lui, heureux d'avoir vécu cette aventure palpitante.
Cynthia et Mélissa, 12 ans.

La hâche d'or de l'ogre Ergo
Il était une fois un bûcheron qui gagnait sa vie comme il pouvait. Un jour, une fée lui apparut :
- Je sais comment changer tes arbres en or, lui dit-elle.
- Comment? lui répondit le bûcheron intrigué.
- En prenant la hâche d'or d'Ergo, l'ogre à trois têtes.
Le bûcheron partit sur le champ. Il traversa des mers, des continents et des précipices et arriva dans un pays inconnu. Il vit un panneau qui disait : "El emuayor des sriorim".
Il continua son chemin quand il vit une grotte où un autre panneau disait : "Al ettorg ed l'ergo".
Il entra. Il vit un ogre à trois têtes qui lui dit:
- Bonjour, peux-tu m'aider ? J'ai perdu ma hâche d'or. Si tu la retrouves, je te ferai un présent.
Mais l'ogre pensait :
Je te recouvrirai de béchamel et je te mangerai, et j'aurai ma hâche d'or en plus.
Il faut dire qu'il était très cupide et très affamé.
Il poursuivit :
- Elle a deux clous, le manche pourpre et deux bandes violettes.
Le bûcheron alla au fond de la grotte. Là, il vit des centaines de hâches, il y en avait des petites, des grandes... il y avait aussi des scies dorées.
Le bûcheron se mit à chercher la hâche d'or... Au bout de plusieurs heures, il la trouva et revint vers l'ogre qui avait de plus en plus faim. Mais alors qu'il allait se jeter sur le bûcheron, celui-ci devina ses intentions et coupa les trois têtes de l'ogre en même temps. Puis il s'en fut car, comme tout le monde le sait, le sang d'ogre est empoisonné. Le bûcheron retourna chez lui et coupa des arbres d'or pour le restant de ses jours et devint très riche.
David, 11 ans de Rennes.

Le roi Patapouf et le roi Arthur
Il était une fois un roi, Patapouf, qui habitait dans un gradn royaume. Ce royaume contenait des montagnes de nourriture : des gâteaux à la fraise, au chocolat, des poulets rôtis, du caviar, etc. Mais comme le roi n'avait pas d'ennemis, il n'avait pas pensé à faire une armée ou à construire des armes.
Mais un jour, le roi Arthur, qui habitait dans la ville voisine créa une armée pour dépouiller le roi patapouf de toute sa nourriture.
Ce n'est pas le roi Arthur qu'on connait mais ce roi avait besoin de nourriture pour nourrir son peuple.
Le roi Arthur et son armée parcourirent une longue distance pour arriver jusqu'au chateau de Patapouf. Ils campèrent autour du château pour que personne ne se sauve afin d'attaquer le chateau le lendemain.
Le roi Patapouf était gros mais rusé comme un renard.
Alors il dit à son chef cuisinier de préparer des cinquantaines de plats et d'ajouter des somnifères dans chaque plat.
Puis, il dit à ses serviteurs de mettre les plats autour du chateau.
Le lendemain, quand l'heure arriva d'attaquer, la moitié des gardes avaient mangé la nourriture et avaient fini par s'endormir.
Ils ont du renvoyer la conquête du chateau au lendemain.
Pendant que le roi Arthur et ses gardes dormaient, le roi Patapouf profita de l'occasion pour mettre de l'huile sur les manches des épées et de la crème sur les épées.
Quand l'h
eure arriva de s'emparer du chateau, ils chargèrent. Au moment où ils retirèrent leurs épées,celles-ci tombèrent par terre et se cassèrent car la crème avait rouillé les lames.
En fin de compte, le roi Arthur a demandé pardon au roi Patapouf et ils sont devenus amis.
Quand le roi Arthur avait besoin de nourriture, le roi Patapouf lui en produisait et quand le roi Patapouf avait besoin d'armes, le roi Arthur lui en produisait.
Dean et Wayne, 11 et 12 ans.

La fée et la baguette
Il était une fois une fée à la robe bleue, aux ailes blanches et aux chaussures jaunes. Un lutin lui avait volé sa baguette et l'utilisait pour rien. La fée pensait : Peter Pan ne peut plus voler, la Bête ne peut plus se transformer en prince, Blanche-Neige ne peut plus retirer la pomme de sa bouche et la Belle au bois dormant ne peut plus se réveiller.
La fée demanda au lutin de lui rendre la baguette en échange d'une baguette plus grande... mais une fausse baguette !
Le lutin accepta, la fée retrouva ses pouvoirs magiques, tous les personnages furent libérés du maléfice et le lutin s'était bien fait avoir !
Émilie, 8 ans de Houplin Ancoisne

La coccinelle à trois points
Il était une fois une coccinelle qui vivait sur une feuille et qui vait pondu trois oeufs. Et savez-vous pourquoi ? Parce qu'elle avait trois points. Une semaine plus tard, un premier oeuf éclata et ça fit une belle coccinelle qui elle aussi avait trois points. Un mois plus tard, le deuxième oeuf éclata. Evidemment, le petit bébé coccinelle avait trois points.
Huit ans plus tard, le troisième oeuf éclata mais lui, il avait 6 points.
Alors, la maman et les deux bébés coccinelles lui demandèrent :
- Pourquoi as-tu six points ?
Et tout à coup le bébé coccinelle se transforma en gigantesque chêne.
Et le chêne répond :
- J'avais six points car j'avais six feuilles. Mais je veux encore des feuilles.
Donnez-moi vos points que j'en fasse des feuilles.
Et c'est ainsi qu'ils devinrent les plus beaux chênes de la région et des amis pour toute la vie.
Esther, 6 ans de Le Mans.

L'histoire du vieux monsieur
Il était une fois un vieux monsieur qui n'avait aucun sous pour vivre.
C'est alors qu'un matin, quelqu'un est venu déposer 2 $ dans le petit panier déposé devant lui. Avec cet argent, le vieux monsieur alla acheter un billet de lotto 6.49 à 2 $.
Le lendemain, il alla vérifier son billet et gagna la somme de 1 000 000 $.
Le vieux monsieur décéda d'une crise cardiaque 26 jours après le gain
Il légua ainsi la somme de 9 238 985 $ aux familles dans la rue et ainsi aida son prochain.

Etienne, 11 ans de Charlesbourg.


Chinise le chinois
Il était une fois un chinois qui s'appelait Chinise.
Il aimait beaucoup les piments forts et surtout les biscuits surprise avec un petit mot dedans.
Un jour, Chinise alla dans la forêt noire. Tout le monde disait qu'elle était dangereuse.
Soudain, il vit l'ombre d'un loup. Il avança vers le loup pour mieux le voir. le chinois avait très peur.
- Ho, ho, dit Chinise, je n'aurais pas du abandonner mes cours de karaté ! Ho ! je me souviens, l'autre jour, j'ai mangé un biscuit surprise et il était marqué que j'allais voir un loup.
Soudain, il eut une idée :
- Je pourrais peut-être manger des piments forts et souffler.
Alors, il soufla de toutes ses forces et une flamme jaillit de sa bouche et le loup se mit à courir très loin.
Alors, Chinise le chinois rentra chez lui.
Félix et Mélodie, 8 et 10 ans de Laval.

Mimi la souris
Il était une fois dans la grande ville de Montréal, un petite souris qui se nommait Mimi. Elle s'était perdue toute seule dans la rue Sainte-Catherine sur le bord du trottoir en céramique. Elle n'avait pas de parents, ni de frères, ni de soeurs.
Pas de maison et même pas une chose à manger. Elle demandait aux autres souris de l'argent et couchait dans une boîte de conserve chaque jour et chaque nuit. Mais, tout à coup, Fred, une autre souris qui travaillait dans un centre d'adoption qui se situait dans le métro, la vit souffrir.
Il dit à Mimi de venir dans le centre d'adoption...
Elle a maintenant une chambre et tout ce qu'il faut pour survivre. Une famille de 2 adultes et 3 enfants arrivèrent aussitôt pour l'adopter. Maintenant, dans sa famille d'accueil, elle vit très heureuse jusqu'à la fin de sa vie.

Geneviève, 13 ans de Montréal.

L'ogre qui a peur des enfants
Il était une fois un ogre qui avait peur des enfants.
Deux enfants se promenaient dans la forêt.
Ils trouvèrent un grand château, c'était celui de l'ogre qui vait peur des enfants.
Les enfants entrèrent dans le château et virent l'ogre qui mangeait des tartines.
Ils eurent envie de goûter les tartines aussi mais ils se retrouvèrent nez à nez avec l'ogre qui tenait un grand couteau dans sa main. Ils eurent très peur mais l'ogre eut encore plus peur qu'eux et se réfugia sous la table.
Les enfants lui expliquèrent qu'il ne fallait pas avoir peur, qu'ils ne lui feraient pas de mal et ils prirent le goûter ensemble.
Jérémy, 6 ans de Saint-Jean-sur-Vilaine

La petite souris distraite
Il était une fois une petite souris qui était tout le temps distraite. Elle arrivait toujours en retard à l'école.
Ce matin-là, sa professeur lui avait dit d'être plus attentive. L'après-midi, l'école se finti plus tôt et Suzie alla se promener dans la forêt avec ses amis : Rigodon le lapin et Coquelin le poussin. Deux heures plus tard, ses deux mais pensaient être perdus. Notre jeune souris dit à ses mais qu'ils n'étaient pas perdus. Suzie se rappela ce que sa maîtresse lui vait dit le matin même. Elle se rappela qu'elle avait vu des pommes dans une vieille souche d'arbre. Ils se rendirent à la souche et là, entendirent le petit ruisseau à l'entrée de la forêt et sentirent l'odeur du lilas près de l'école. Ils suivirent ces traces et arrivèrent à l'école où leur parents étaient bouleversés. En voyant nos trois amis arriver, le professeur demanda qui vait retrouver le chemin. Coquelin et Rigondon répondirent que c'était Suzie. La professeur la félicita et ils rentrèrent chcun chez eux.
Joanie, 11 ans de Rivière-du-Loup

La princesse qui voulait être le vent
Il y a de cela très longtemps, naquit dans un chateau royal une jolie princesse nommée Laluna. Elle était très belle, si fragile et si délicate que lorsqu'elle posait un doux baiser sur la joue de ses parents, on aurait dit le vent. Les années passèrent si vite pour les parents et pour les habitants du chateau que bientôt, tout le monde fêterait le 16ème anniversaire de Laluna.
La veille de sa fête, Laluna fit un rêve étrange. Une fée bleutée venait lui apporter une étrange lettre également bleue. Cette fée s'appelait Valuna. Puis, la petite fée partit en laissant derrière elle une lumière argentée. Le lendemain, Laluna se réveilla en sursaut et vit une lettre bleue à ses côtés. Elle l'ouvrit et voilà ce qui était écrit :
" Chère Laluna, si tel est ton destin, tu seras le vent, car toi, fille du roi Victor 1er, tu es née un jour de pleine lune. Bonne chance. Valuna".
- Exactement comme dans mon rêve, s'exclama Laluna.
Elle descendit dans la salle à dîner et dit à ses parents :
- Père, mère, voilà ce que je veux pour mon anniversaire : je veux être le vent.
- Quoi ?!!? s'exclamèrent en choeur ses parents.
- Pourquoi veux-tu être le vent, dit sa mère.
- C'est insensé, poursuivit son père.
- Regardez par vous-même, explosa Lulana en leur tendant la lettre.
Après avoir lu la lettre au moins 100 fois, ses parents dirent :
- Va voir Le Sage, nous ne pouvons plus supporter cette lettre.
Laluna alla voir le sage qui lui dit :
- Tu es femme aujourd'hui, Laluna, fais ce que tu veux.
Puis, il la changea en vent et on ne la vit plus jamais au chateau.
Mais, quand le vent souffle au chateau, on dit que c'est Laluna qui vient rendre visite.
Johany, 11 ans de Lanoraie.

Pauvre Clémentine.
Il était une fois, lorsque les océans recouvraient la Terre, une sirène nommée Clémentine.
Depuis toujours, la petite fille rêvait de pouvoir se marier avec le prince sirène Oscar. Mais, hélas, une énorme tempête éclata lors de leur mariage et Clémentine fut expédiée loin de chez elle.
Le prince Oscar voulut s'enlever la vie car il ne pouvait pas imaginer son existence sans sa belle Clémentine.<
Clémentine, quand à elle, échoua dans un coin de l'océan et fit connaissance du peuple Gnim, qui ressemblent en tous points aux humains sauf qu'ils peuvent vivre sans problème sous l'eau. Elle rencontra Polus et tomba amoureux de lui. Il ressemblait énormément à Oscar à sa façon de parler, à la couleur de ses cheveux, à son regard et même à son rire qui faisait craquer Clémentine.
Malgré tout, Polus était fiancé à Amilia. Elle était laide et méchante et ne souhaitait l'épouser que pour son argent. D'ailleurs, elle prévoyait, une fois mariés, de tuer Polus dans son sommeil. Clémentine tenta d'avertir Polus mais il ne la crut pas et la repoussa brusquement. Clémentine se rendit compte qu'il n'était pas comme Oscar. Polus était égoiste et possessif. Elle s'enfuit et ne le revit plus jamais.
Vous vous doutez sûrement que l'histoire n'est pas fini et vous avez raison. Oscar ne s'enleva pas la vie après la disparition de Clémentine mais il partit à sa recherche. Ils se retrouvèrent et eurent une magnifique petite sirène du nom de Maria.
Joséfine, 11 ans de Boucherville.

Julia et le roi des pois
"Il était une fois une petite fille qui s'appelait Julia. Elle était couchée et entendait un bruit. Elle était craintive mais ouvrit ses deux yeux et vit un petit homme.
- Qui es-tu ?
-
Je suis le roi des pois.
Et il disparut.
Le lendemain soir, à la même heure, le petit homme réapparut et lui dit :
- Chaque fois que tu verras des petits pois sur ton édredon, tu devras y toucher et à ce moment-là, tu pourras réaliser un des tes rêves.
Alors Julia vécut heureuse avec ses petits pois.
Devine ce qu'elle a réalisé. Et toi, qu'aurais-tu demandé ?

Prénom   Âge    Ville
Ta suite à l'histoire de Julien :

Julien, 7 ans de Boucherville.

Minamoto, le Samouraï
Il était une fois un samouraï qui avait pour nom Minamoto. Avec son frère, il conquit plusieurs territoires ennemis. Il s'intéressait particulièrement au combat à mains nus. Pour étudier le mouvement, on dit qu'il observait le déplacement de l'araignée sur sa toile. Aussi, afin de mieux connaître l'anatomie, on dit aussi qu'il disséquait le corps de ses ennemis, morts au combat. C'est ainsi que naquit le Ju Jitsu, art martial du Japon.
Julien, 8 ans de Saint-Anne de Bellevue

Le canard mal pris
Il était une fois un petit canard jaune qui se promenait le long d'une route de campagne.
Brusquement, un camion passa très vite, frappant une roche et laissant tomber un planche sur la patte du petit canard.
Cela ne lui fit pas mal mais il ne pouvait retirer sa patte. Il était bien mal pris et une autre voiture s'approcahi bien vite elle aussi.
Le canard, ne sachant que faire, ferma les yeux et pria le ciel que la voiture passe à côté de lui sans le toucher. Au même moment, il entendit un grand bruit puis plus rien. Il se demanda s'il était encore en vie. Il ouvrit les yeux et vit un petit garçon sortir de l'auto et courrir vers lui. Il lui retira la planche, le caressa et le laissa repartir dans la campagne.
Le canard était bien fier d'avoir un nouvel ami comme ça. Il partit heureux en se tenant loin de la route.
Karine, 9 ans de Québec.

Le fantôme
Il était une fois un fantôme qui s'appelait Alex. Il vivait dans un château très sombre. Les gens ne s'y aventuraient jamais car la légende du lémure leur faisait très peur.
Un jour, un enfant qui vivait dans une maisonnette située non loin du château, décida de s'y aventurer. En chemin, le garçonnet qui prénommé Philippe rencontra des gardiens fantômes qui le capturèrent. En se réveillant, il se trouva enfermé à double tour dans une pièce obscure. Une grande peur s'empara de lui. Après quelques minutes, Philippe se mit à penser à ce qu'il pourrait faire pour s'évader. En regardant autour de lui, il vit une minuscule fissure sur le mur. Il s'approcha lentement de la lézarde et commença à frapper très fort. A sa grande surprise, la fissure s'ouvrit en douceur. Philippe fut étonné et s'avnaça délicatement dans le passage secret.
Tout à coup, la fissure se referma brusquement.
Il se retourna pour essayer de l'ouvrir mai il ne réussit pas. Le garçonnet continua donc son aventure dans le tunnel obscur.
Les souris passaient entre ses jambes. Des milliers de chauve-souris tapissaient le plafond et poussaient d'horribles cris.
Philippe était terrifié.
Soudain, il sentit craquer le plancher et au même moment un morceau de bois céda sous ses pieds. Il fit une grande chute et se trouva assis sur le gros nez d'un orignal empaillé qui était accroché contre le mur.
En entendant ce vacarme, le fantôme se précipita dans sa chambre. Il vit le jeune garçon tremblant de peur. En voyant le petit garçon tremblé, Alex le fantôme le rassura en lui disant qu'il était gentil. Le fantôme lui demanda comment il était arrivé car personne n'avait encore osé entrer à l'intérieur du château.
Nos deux copains ont passé des heures à discuter et sont devenus les meilleurs amis du monde.
Alex était très heureux car cela faisait des siècles qu'il n'avait pas jouer à la balle avec un ami.
Tout à coup, le fantôme commença à se métamorphoser en joli prince. Philippe en resta bouche bée.
Une fois la transformation terminée, le prince lui expliqua qu'autrefois une méchante reine lui avait jeté un sort pour l'empêcher de régner sur son royaume. La façon de conjurer le sort était de trouver un ami pour jouer avec lui.
Durant toutes ces années la méchante reine avait appauvri tous les paysans. Alors le prince Alex décida de partager toute sa fortune avec les villageois. Depuis ce temps, tous les gens du royaume vivent heureux.
Kim, 11 ans de Saint-Étienne des Grès, Québec

La fée
Il était une fois, dans un village entouré d'une forêt, une famille constituée de deux enfants et de leurs parents. Ils avaient toujours vécus heureux et jamais les parents n'avaient giflé, battu ou frappé leurs deux enfants, Anna et Alex. Agés d'une dizaine d'années, les deux enfants avaient tous deux le pouvoir de voir les fées...
Un jour de grande colère, le père frappa les fesses de sa fille pour la première fois ! Alors que le soir dans son lit celle-ci pleurait encore, son frère vint liu chuchoter à l'oreille qu'il avait vu sur la main de son père avant qu'il ne la frappe, une personne hideuse, une fée malfaisante qui semblait dire : "Je suis la fée C et rien ne peut m'arrêter!"
Après mûre réflexion, ils décidèrent de partir dans la forêt à la recherche de la sorcière. Une fois arrivée dans la forêt, les deux enfants se perdirent et Alex fondit en larmes. De son côté, Anna vit deux yeux perçants qui l'a fixaient d'un buisson. En voyant que ses yeux étaient à la hauteur d'un gnome, elle réalisa qu'elle n'en avait jamais vu et elle se mit à pleurnicher comme son frère. En fait, les yeux globuleux appartenaient à un lutin qui bondit de sa cachette et s'adressa aux enfants tout en se dirigeant vers eux :
- Perdus ?
Mais ce fut un sanglot à peine audible qui parvint aux oreilles du lutin.
Anna reprit son sang-froid la première et raconta leur histoire au petit homme qu'il lui apprit qu'il s'appelait Pissenlit. Il leur proposa son aide ainsi que celle de son ami : un oiseau nommé Chanel. Quand Chanel eut, à son tour, entendu l'aventure des enfants, il proposa de les accompagner à la demeure de l'immonde sorcière. Arrivés à destination, ils trouvèrent un parchemin qui leur indiquait qu'ils devaient briser le talisman de la fée C pour que le mauvais sort soit rompu. Ils entrèrent dans la grotte qui servait de refuge à la fée et par chance la trouvèrent endormie dans son lit. Chanel s'empara rapidement du talisman accroché à son cou couvert de verrues et de boutons et le brisa en le jetant à terre. Pendant ce temps, Anna versa un philtre magique et le versa dans la bouche de son ennemie pendant qu'elle ronflait. Aussitôt, elle se métamorphosa en fleur. Quelques instants plus tard, tous les objets maléfiques qui avaient été ensorcelés par la méchante fée se statufièrent. Accompagnés par leurs amis, Anna et Alex retournèrent chez eux et virent avec bonheur que leurs parents étaient libérés du mauvais sort et vécurent heureux pour le restant de leurs jours. C'est pour cela que maintenant, lorque les parents sont en colère, de la poudre de talisman vient se déposer sur leurs mains et qu'ils donnenr une fessée aux enfants.

Louise, 11 ans de Sailly-Lez-Lannoy

Trois ours et chachacha
Il était une fois trois ours dans leur maison : Papa ours, Maman ours et Bébé ours.
Papa ours faisait du bon vin, maman ours avait fait de bonnes fèves au lard pendant que bébé ours écoutait ses disques de cha-cha.
C'est alors que papa ours demande à sa famille d'aller faire un petit tour dans les bois.
Hélas au retour, le vin de papa ours était tout bu, les fèves de maman ours étaient toutes mangées et les disques de bébé ours avaient disparu.
Tous se demandaient ce qu'il s'était passé.
Au même moment, un petite souris sort d'un petit trou, regarde la famille et pousse les sons :
Hic Hic... prout... cha cha cha...

Lydia, 8 ans de Mont-Saint-Hilaire

Le lutin du grand magasin
Il était une fois deux soeurs qui s'appelaient Agathe et Capucine. Un jour, alors qu'elles étaient dans un grand magasin avec leur grande soeur, pendant que la grande soeur essayait des vêtements, elles à se cacher entre les porte-manteaux. Là, elles trouvèrent une petite porte et comme elles étaient très curieuses, elles l'ouvrirent. Derrière la porte, il y avait un coffre fort fermé par un cadenas. Elles essayèrent de l'ouvrir mais elles n'y arrivèrent pas. Soudain, les yeux des deux soeurs se posèrent sur une clef qui traînait par terre... La clef ouvrait le coffre mais il semblait vide. Cependant quelques traces de tout-petits pas partaient du coffre. Les deux soeurs suivirent les traces qui les emmenèrent à un petit lutin terrorisé, occupé à faire une potion. Les soeurs lui demandèrent ce qu'il faisait. Il leur répondit qu'il était en train de préparer une potion qui rendrait le contenu invisible du coffre réel. Elles l'aidèrent à répandre la potion dans le coffre. Alors comme le lutin les trouvait gentilles, il décida de leur donner une partie du trésor. Quand elles rejoignirent leur soeur, elles ne lui racontèrent rien car il ne faut jamais raconter ses secrets aux plus grands qui ne croient plus aux contes de fées.
Maria et Maelliz, 9 ans de Nantes.

La princesse aux fleurs
Il était une fois un princesse qui vivait dans un magnifique château entourée de fleurs qui étaient fleuries même en hiver. Mais un beau jour, un chardon poussa. La princesse le vit et demanda à son jardinier de le couper. Le jardinier ne coupa pas le chardon car il savait que c'était une fée. La princesse lui dit pourtant : "Si tu ne la coupes pas, je te couperai la tête !"
A ce moment, la princesse courrut dans le jardin mais ne vit plus qu'un manteau blanc qui recouvrait tout. Toutes les fleurs avaient été recouvertes alors qu'il faisait chaud et que c'était l'été. La princesse se mit à pleurer. Ses pleurs mouillèrent la neige qui fondit jusqu'au dernier flocon. Alors la princesse vit apparaître la fée qui lui expliqua que si elle acceptait d'acceuillir toutes les fleurs même celles qu'elle n'aime pas ou qui sont des mauvaises herbes, son jardin resteraittoujours fleuri, été comme hiver. La princesse accepta et fut toujours heureuse dans son magnifique jardin, au milieu des fleurs jusqu'à la fin de ses jours. La fée redevint chardon et protégea la jardin de la princesse.
Marie, 7 ans de Mazamet.

La princesse qui mangeait du charbon
Il était une fois une princesse qui était très jolie et très prétentieuse. Le roi et la reine voulaient la marier mais elle refusait tous les princes qu'on lui présentait.
- Mais, elle n'est pas obligée d'épouser un prince, déclara un jour la reine. Elle peut épouser qui elle veut !
Alors le roi fit annoncer que tous les hommes célibataires du royaume devarient se rendre le dimanche suivant devant le château, afin que la princesse put choisir son futur mari. En tout dernier, un homme aux yeux de braise, tout de noir vêtu et que personne ne semblait connaître, se présenta.
Dès que la princesse le vit, elle s'écria :
- Voilà celui que j'ai choisi, c'est lui que j'épouserai !
Une fois les noces finies, ils partirent chez l'homme aux yeux de braise, il habitait sous terre. Quand ils arrivèrent à destination, la princesse découvrit qu'elle avait épousé le diable. Comme repas, ils ne mangeaient que du charbon. Pour avoir des nouvelles de leur fille, le roi et la reine allèrent voir une femme très sage. Elle leur apprit que leur fille avait épousé le diable et que seul un homme né d'une bague au pied pouvait la délivrer. Alors le roi fit appel à ce prince qui vint se présenter. Il finit par délivrer la princesse. Depuis ce jour, la princesse ne supporte plus la vue de charbon.
Marielle, 12 ans de Neuilly-sur-Marne

La malédiction du dragon
Il était une fois, un dragon à la tête bleue qui ne pouvait pas cracher du feu parce qu'il était toujours gelé. Un jour qu'il survolait son territoire, il aperçut un petit garçon sur un balai magique. Intrigué, il se mit à la même hauteur que l'enfant :
- Que fais-tu ici tout seul ? lui demanda-t-il.
- Je suis à la recherche cu dernier dragon encore vivant.
- Pourquoi veux-tu le rencontrer? demanda le dragon.
- Une sorcière m'a jetté un sort et maintenant je crache toujours du feu lorsque je suis en colère. Je dois trouver le dragon qui, lui, a eu le mauvais sort contraire. Si nous réussissons à nous trouver, le sort sera inversé et tous les deux, nous pourrons avoir une vie normale.
C'est alors que le dragon lui dit :
- Ne cherche plus car tu l'as enfin trouvé...
C'est depuis ce jour que dans le ciel quand il fait temps gris, on peut apercevoir le dragon bleu et le petit sorcier qui volent ensemble. Souvent le dragon crache du feu pour réchauffer l'enfant qui est toujours gelé.
Cependant, jamais l'enfant ne regretta son geste car il avait aidé un autre être à vivre heureux et, du même coup, il s'était fait un ami pour la vie...

Maxime, 6 ans de Stoneham

L'avion miraculeux
Il était un avion miraculeux. Cet avion avait un chose très très très spécial. Il disparaissait lorsqu'il pleuvait et il réapparaissait quand il y avait du soleil. Donc, lorsque l'avion atterrissait les jours de pluie, personne le voyait. Un jour, Bianca était dans cet avion miraculeux. Elle partait pour rejoindre son conjoint Jonathan la Fleur. Jontahan travailait dans une usine de soucoupe volante. Bianca travaillait pour la compagnie Jarjarbings de Watto qui fabriquait des martiens mécaniques. À Chicago, il leuvait énormément. Jonathan la Fleur a cru que l'avion de Bianca avait du retard puisqu'il ne l'avait pas vu atterir. Il décida alors de retourner chez lui, au cas où Bianca lui aurait laissé un message sur son répondeur. Mais, en fait, Bianca venait juste d'atterir et attendait ses bagages. Après avoir attendu plus de quatre heures sn conjoint Jonathan la Fleur, elle s'endormit sur un banc. Le conducteur de l'avion l'avait ramené chez elle.
La morale de cette histoire : ne prenez jamais un avion miraculeux qui disparait lorsqu'il pleut.

Myriam, 9 ans, de Laval.

Les deux tétards et le rayon de lune
Il était une fois deux tétards castards qui voulaient tout deux épouser la princesse Télia, qui était belle comme un tétard. Le roi Nanard II, son père lança un défi aux deux gaillards et leurs dit :
- Celui de vous deux qui me rapportera un rayon de lune, pourra épouser ma fille Télia.
Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux soupirants se mirent en quête du rayon de lune.
Costard, le plus fort des deux tétards dit haut et fort :
- C'est moi le plus fort donc, je vais gagner. Je vais construire une super génate échelle et monter jusqu'à la lune.
Pendant ce temps-là, Jobard, le maigrichon tétard dis :
- Moi, je n'ai pas assez de force mais j'ai beaucoup de cervelle.
Alors Jobard se creusa la tête : il réfléchit, réfléchit, réflechit, et la lumière fut, il eut une idée de génie ! Il invita la princesse et le roi à venir le rejoindre au bord de la mare aux canards. Ils attendirent que la nuit tombe et que la lune sorte de sa cachette. Jobard prit un seau, le remplit d'eau et le montra au roi Nanard II. Le roi, ébloui et ravis dit à Jobard :
- Tu as ma permission pour épouser ma fille, soyez heureux et faites-moi beaucoup de petits tétards.
La princesse, qui n'avait rien compris, demanda :
- Mais comment...?

Jobard répondit:
- Regarde dans le seau, tu y verras le reflet de la lune, donc, j'ai bien capturé un reflet de lune !
Télia, émue et heureuse dit à Jobard :
- Tu sais, c'est toi que j'aimais.
Et à l'heure où je vous parle, Costard construit toujours son échelle.

Noémie, 10 ans de Polleur.

Le grain de riz
Il était une fois, une petite antilope malade. Un jour qu'elle se balladait dans la savane, elle se fit manger par un lion féroce. C'était très triste mais il se rouva que le lion tomba malade à son tour. Un jour, il rencontra un méchant chasseur qui le tua et le ramena dans sa tribu pour le manger. Et il tomba malade à son tour. Une fois qu'il se balladait dans la savane, il rencontra un tigre qui courrait plus vite que lui et qui n'en fit qu'une bouchée. C'était vraiment très triste. Le tigre se ballada à son tour à travers le monde et alla si loin qu'il se retrouva en Chine, une contrée très lointaine et très étrange. Là, comme il ne parlait pas chinois, il ne pouvait pas parler aux autres tigres et il était malheureux. Alors, il parlait aux plantes.
Quand il fut très vieux, très fatigué et plein de rhumatismes qui le faisaient affreusement souffrir, il rencontra un grain de riz tout jaune qui le mangea.
Cette histoire m'a été racontée par le grain de riz que j'ai mangé hier soir au restaurant chinois et je vous assure qu'elle est tout à fait véridique !
Périne, 22 ans de Paris

La petite fille et la licorne
Il était une fois, une petite fille qui se lamentait dans la forêt. Elle avait perdu la pierre magique qu'elle tenait toujours, bien sérrée dans sa main, au fond de la poche de son petit tablier, et qui lui permettait de retrouver son chemin. La pierre lui avait été offerte par un gentil sorcier qui habitait de l'autre côté de l'horizon.
Tout à coup, elle entendit un bruissement de feuille et aperçut une licorne. Cette belle créature au regard de velours lui rapporta sa pierre magique qu'elle avait trouvé au bord d'un étang. Après moultes remerciements, la petite fille enfourcha la licorne et galopa à perte de vue.
Rapha, 5 ans de Suisse.

Elmo et le géant
" Il était une fois, un petit garçon nommé Elmo. Il était grand comme un pouce et tout rouge.
Elmo vivait dans un champ de fleurs et sa maison était une magnifique rose de couleur verte. Un jour, un gros monsieur avait décidé d'emmenager dans le champs et d'y construire sa maison. Quand il vit la fleur, il dit :
- Cette fleur sent si bon que je vais l'emporté dans ma maison et la mettre dans un vase.
Mais quand en prenant la fleur, ce qui devait arrivé arriva et lorsque le gros monsieur mit la fleur dans le vase, Elmo tomba dans l'eau.
Le gros monsieur dit :
- Qu'est-ce que tu fais ici, toi?
- C'est MA maison ! J'étais petit comme un pouce et la fleur que tu as pris était ma maison
à moi alors maintenant que tu l'as arraché, je n'ai plus de maison, dit Elmo tristement.
Le gros monsieur dit à notre ami :
- Il y a assez de maisons en ville. Tu peux habiter une de celles-là.
Elmo était très triste. Il n'avait plus de maison et il ne reverrait plus jamais son merveilleux champs de fleurs qu'il aimait tant.
Tout à coup, alors qu'Elmo était sur le point de partir, le gros et le gigantesque monsieur lui dit avec un immense sourire :
- Ma maison est très grande, tu peux y habiter avec moi si tu veux.
Elmo était très content et à partir de ce jour, ils devinrent les meilleurs amis du monde.
"
Steven, 5 ans de Saint-Gérard des Laurentides.

Le souhait
Il était une fois une petite fille qui s'appelait Tendresse. Elle avait trois frères mais se sentait bien seule même si ses frères étaient très gentils. Un soir, elle mangea un poulet, avec un os fit un souhait puis partit se coucher.
Le lendemain matin, son papa l'emmena voir sa maman à l'hôpital.
Et quelle ne fut pas sa surprise : sa maman avait eu une petite fille durant la nuit. Ils décidèrent de la nommer Elisabeth.
Tendresse n'en croyait pas ses yeux :
" - Une petite soeur pour moi ! Mon souhait s'est réalisé, je ne serai plus jamais seule maintenant."
Tendresse aima sa soeur de tout son coeur. Et depuis ce temps, elles jouent ensemble tous les jours.
Tendresse, 8 ans de Saint-Antoine.

Ecrire un conte - Recommencer l'aventure - Découvrir une autre histoire - Suivre la souris